aller au menu principal aller aux sous-menus de la rubrique aller au contenu-texte dela page le plan du site politique d'accessibilité

Les petites Arménies d’Europe et de Méditerranée

Page imprimé de : http://www.armeniens.culture.fr/rubrique33.html?id_document=1001&lang=en

Loin de l'Ararat... Les petites Arménies d'Europe et de Méditerannée - Les Arméniens de Marseille

Etre Arménien... loin de l’Ararat

Les Arméniens « interdits de retour » participeront activement à la vie économique, culturelle ou politique des pays d’accueil. Partout, dans l’exil, dès 1925, ce peuple en miettes s’organise pour survivre et durer, autour de l’Eglise, des écoles, des partis et de multiples associations, avec le soutien de quelques mécènes et l’organisation des Mekhitaristes. Le quotidien Haratch (En avant), créé en 1925 à Paris continue de paraître à ce jour (2007). La transmission de la langue, de la culture et de la mémoire se fait aussi au sein des familles, autour de la vie de quartier et à travers les contacts avec le vaste réseau diasporique, réactivés par les nouveaux moyens de communication (internet).

Ailleurs en Europe, Chypre aurait reçu 7 000 réfugiés. Là aussi, la communauté s’organise : dès 1924, on y entreprend la construction d’un orphelinat, grâce à la donation des frères Melkonian. La communauté mène de nos jours un combat acharné pour sauvegarder l’école, dont le sort est mis en danger par un projet de vente.

A Moscou, Saint-Pétersbourg, Nor Nakhitchevan (près de Rostov s/Don), Tiflis, des comités d’aide aux réfugiés s’étaient organisés pendant la guerre. Un « Commissariat des Affaires Arméniennes » est créé pour un temps, avec son siège au collège Lazarian, qui perd ses fonctions éducatives antérieures, avant d’être confisqué pour devenir un institut d’Asie et d’Afrique. Si à la période soviétique, la vie communautaire en diaspora ne survit pas à la suppression des libertés, des individus peuvent mener des carrières personnelles dont s’enorgueillissent l’ensemble des Arméniens : Aram Khachadourian (1903-1978) qui vit, étudie et crée son œuvre musicale à Moscou ; l’ingénieur aéronauticien Artem Mikoyan (1905-1970), l’inventeur du Mig, vit et travaille à Moscou, et bien d’autres scientifiques, écrivains, artistes, personnalités politiques. Il faudra attendre la perestroïka de Gorbatchev pour voir ressurgir une vie associative. Après la chute de l’URSS en 1991, quelques-unes des églises et écoles sont restituées et les activités reprennent.




Portfolio

Illustration emblématique

Légende :

Le club de tennis arménien d’Enghien-les-Bains, photographie, Phébus, Paris, 1930, 16 x 18 cm, coll. Sarkis Boghossian, Paris

Copyright MuCEM 2007 : Musée des Civilisations d'Europe et de Méditerranée